LES HEURES MIROIRS

Les Heures Miroirs, 2020

Installations

Cycle d'interventions in situ en collaboration avec Emilie Lopes Garcia

Les Heures Miroirs naît d‘une démarche menée par Emilie Lopes Garcia et Laurie Vannaz lors d‘une résidence en Islande durant l‘été 2019. L‘espace d‘un mois, les deux artistes ont vécu à Hellissandur sur la péninsule de Snaefellsness, dans l‘ouest du pays. En résulte un projet oscillant entre tentative de restitution et fictionnalisation de l‘insaisissable réel. Les artistes racontent la solitude de personnages vis-à-vis d‘un décor qui se transforme. Par une série d‘installations, elles composent des dialogues entre une nature qui se désagrège et l‘Homme désemparé dans cette relation qui le dépasse.

​​​

01:01

Broderie sur sacs à gravats, flotteur, rétro-projecteur et poème

02:02

Installation vidéo et sonore sur 2 écrans, brouillard artificiel et poème

La deuxième Heure Miroir présentée à l‘Atelier Tramway propose une installation immersive qui surjoue la figure du peintre romantique. A l‘instar du Voyageur contemplant la mer de nuages de Caspar David Friedrich, l‘œuvre nous plonge dans un décor brumeux et un appel soudain nous emmène progressivement à la découverte d‘un personnage solitaire. Son chant reprend un texte du groupe pop les Pixies narrant une rencontre impossible (Hey ! Been trying to meet you...)

03:03

Installation sonore, tirage couleurs sur tréteaux, boîte en bois contenant 500 kg de sel.

Installation à la Blue Factory, Fribourg pour le festival Re! L'initiative de l'association K part d'une volonté de reconnecter le public, les artistes et les structures culturelles du canton de Fribourg autour d'une scène ouverte et solidaire, après la période de confinement.

Ici, le décor de sel et le squelette d'une baleine parle du rapport à la mort et au temps qui passe. 

04:04

vidéo et poème online : lesheuresmiroirs.com

Les galeries sont fermées. L'art vit en ligne !

Tentatives vaines de lecture de la presse.

Le cycle des Heures Miroirs pose un regard sur le rapport de l‘Homme à son environnement. A l‘heure d‘une communication instantanée où les échanges semblent facilités, il questionne notre rapport à une connaissance globalisée et une illusion de proximité. L‘abstraction produite par le discours médiatique sur des enjeux globaux tels que le problème du climat, le tourisme de masse ou les enjeux territoriaux crée un décalage avec l‘expérience singulière d‘une réalité vécue. 

 

Que sait-on de l‘Autre alors que nous nous déplaçons avec notre propre bagage culturel, politique et social ? Comment nos projections, nos perceptions, l‘imaginaire collectif et le discours médiatique influencent-ils notre regard sur „un ailleurs“ ? Entre déterritorialisations et reterritorialisations, ces questionnements guident la démarche commune initiée par Emilie Lopes Garcia et Laurie Vannaz à travers Les Heures Miroirs. Cette série d‘interventions artistiques rejoue la tension qui se crée entre le possible et le réel. Autrement dit, l‘écart entre des perceptions individuelles, des fantasmes, et les actualités factuelles de ce lieu islandais. 

 

Ritournelle constituée de plusieurs variations, le cycle met en lumière successivement un nouveau fragment, une nouvelle histoire sensiblement différente sur Hellissandur. Tour à tour, les interventions redisent ce dialogue difficile de l‘homme avec son paysage. Les personnages solitaires se perdent dans une nature rendue artificielle et ramenée à l‘intérieur.